La démarche Dialogue

Elaborée dans les années 1980 par Philippe CHATEL à partir d’une longue expérience de terrain en tant que formateur auprès de personnes en difficulté d’apprentissage, la démarche DIALOGUE est une approche pédagogique de groupe, ouverte et interactive. Parente de la démarche Ramain, elle partage la même éthique et le principe fondamental selon lequel l’apprenant doit être acteur de ses apprentissages.

ARFOP diffuse Dialogue en collaboration avec Philippe Chatel (http://www.demarche-dialogue.org/wp/).

Cette démarche sollicite avant tout les capacités d’expression et la créativité de chaque participant en interactivité avec le groupe. Dans cette approche, les apprentissages et la conquête de l’autonomie sont indissociables.

Son principe est de proposer des « situations de travail » qui sont autant de prétextes pour mobiliser et développer :

  • Les compétences sociales et relationnelles: savoir écouter et comprendre les autres, savoir s’exprimer devant le groupe, se faire comprendre à l’oral et/ou à l’écrit, bâtir une argumentation cohérente. Par cette démarche, on amène les personnes à mieux maîtriser l’expression orale et/ou écrite en vivant la langue, en la sentant et en l’utilisant comme nous le faisons dans la vie de tous les jours. Selon les moments, le support écrit est plus ou moins étoffé et c’est toujours l’oral qui va lui donner vie.
  • Les autres compétences transversales essentielles à l’autonomie dans la vie quotidienne et professionnelle, comme : l’attention, la mémorisation, la prise de décisions, le repérage et l’organisation spatio-temporels, la structuration des idées et des connaissances, différentes formes de raisonnements, la motricité fine, etc…
  • Au-travers de nombreuses situations et de leurs suites possibles, on aborde ou l’on renforce les outils scolaires fondamentaux que sont la lecture, l’écriture, le calcul et les mathématiques.
  • La confiance en ses ressources propres.

Au cours d’une séance, les situations sont choisies de façon à être suffisamment variées tant dans leur contenu que dans leur forme : à l’oral / à l’écrit ; en groupe / en sous-groupe / en individuel ; debout / assis ; durée variant de 5 minutes à 1 heure, etc… Cette variété est essentielle pour capter l’attention du groupe et pour que chacun puisse trouver son compte en alternant les moments de recherche, de réussite et de difficulté.

La progression proposée ne va pas du plus facile au plus difficile, elle suit un cheminement analogue à celui de la vie courante où nous passons sans cesse de situations simples à des situations complexes, d’un simple mot à un texte ou un discours élaboré. Il s’agit donc d’une progression « en dents de scie », qui permet d’assurer les acquisitions en les revisitant régulièrement et, par la même occasion, qui permet de rassurer les participants.

Comme dans toute pédagogie de remédiation, la priorité est donnée à la démarche intellectuelle mise en œuvre plutôt qu’au résultat et les erreurs sont utilisées positivement pour faire réfléchir progresser l’ensemble du groupe et arriver ensemble à une plus grande cohérence. De plus, les situations proposées sont souvent ouvertes  et appellent des réponses qui sont source de diversité et d’enrichissement du groupe. Cette approche surprend généralement les participants au début. Mais elle permet de combattre la « peur de se tromper » qui caractérise les publics fragiles et qui est un frein majeur à l’acquisition des savoirs. C’est un facteur essentiel pour le gain de confiance en soi.

Lorsque le groupe fonctionne et que la confiance entre les participants est bien installée, il devient un espace « porteur » dans lequel chacun va pouvoir évoluer au maximum de ses capacités.

La démarche DIALOGUE permet donc de travailler sur les compétences transversales et les savoirs de base dans toute leur subtilité et leur diversité, enrichis à la fois par l’individu et le groupe. Elle aide chacun à évoluer, à oser prendre la parole ou à la contrôler sans peur du regard de l’autre ni d’un jugement. Les résultats sont durables et ouvrent la voie d’un développement continu de l’individu et de son potentiel professionnel.

Quels publics peuvent être accompagnés par la démarche Dialogue ?

  • Toute personne en difficulté de socialisation et/ou d’apprentissage
  • Toute personne handicapée par un manque de maîtrise de l’expression orale ou écrite.

Initialement, Dialogue a été créé pour des publics analphabètes, illettrés ou primo-arrivants de faible niveau scolaire dans leur langue maternelle. La démarche a ensuite évolué pour permettre d’accompagner des personnes en insertion, en formation, confrontées à des troubles plus ou moins profonds des apprentissages.

Qui peut avoir intérêt à se former à la démarche DIALOGUE ?

  • Tout professionnel ou bénévole concerné par l’accompagnement pédagogique, éducatif ou médico-social des personnes en difficulté par rapport aux apprentissages : Enseignants, formateurs, éducateurs, animateurs, moniteurs, référents médico-social…

Plus de 500 formateurs ont suivi la formation à Dialogue depuis les années 1990 en France, en Espagne ou en Suisse.

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s